10 décembre 2023

L’augmentation de la demande en gaz crée un équilibre instable entre sécurité énergétique et urgence climatique

Les conversations en salle de conseil des propriétaires de LNG Canada, le projet géant de terminal d’exportation de gaz naturel liquéfié du pays en Colombie-Britannique, doivent vraisemblablement s’intensifier. Avec sa première phase achevée à plus de 70%, le groupe qui comprend Shell PLC, la société malaisienne Petronas, PetroChina, Mitsubishi Corp. et la Sud-Coréenne Kogas doit prendre une décision finale d’investissement pour financer sa deuxième phase qui pourrait générer un coût total de projet de plus de 31 milliards de dollars, y compris l’extraction et le transport de gaz si les deux phases sont construites. Les responsables du projet, y compris son entreprise conjointe de construction Fluor-JGC, n’ont pas commenté sur la date à laquelle la décision sera prise, indiquant seulement qu’elle aura lieu avant le début de l’exploitation de la première phase, prévu vers 2025.

Bien que l’expansion du gaz naturel liquéfié (GNL) ait été considérée par le passé comme préjudiciable aux objectifs de lutte contre le changement climatique, beaucoup attendent maintenant de voir comment les événements mondiaux plus récents qui ont suscité une plus grande préoccupation pour la “sécurité énergétique” affecteront la décision de la deuxième phase.

Depuis le début des travaux sur le site isolé de la Colombie-Britannique en 2015, le plus grand investissement privé du Canada a été prévu pour utiliser des turbines alimentées au gaz naturel – avec l’approbation des régulateurs gouvernementaux – dans des compresseurs qui refroidiront le carburant à -162 ° C pour réduire son volume en vue de l’exportation.

Les conversations dans les salles de conseil d’administration deviennent plus fréquentes chez les propriétaires de LNG Canada, le projet de terminal d’exportation de gaz naturel liquéfié géant du pays en Colombie-Britannique. Avec sa première phase achevée à plus de 70%, le groupe comprenant Shell PLC, Petronas basée en Malaisie, PetroChina, Mitsubishi Corp. et Kogas de Corée du Sud doit prendre une décision finale d’investissement pour financer sa deuxième phase, qui pourrait générer un coût total de projet de plus de 31 milliards de dollars, avec l’extraction et le transport de gaz inclus si les deux phases sont construites. Les responsables du projet, y compris sa coentreprise de construction Fluor-JGC, n’ont pas commenté la date à laquelle la décision sera prise, indiquant seulement qu’elle aura lieu avant le démarrage de la première phase prévu vers 2025.

Alors que l’expansion de LNG dans le passé était considérée comme préjudiciable aux objectifs de lutte contre le changement climatique, beaucoup attendent maintenant de voir comment les événements mondiaux plus récents qui ont suscité une plus grande préoccupation en matière de “sécurité énergétique” affecteront la décision de la deuxième phase. Depuis le début des travaux sur le site isolé de la Colombie-Britannique en 2015, le plus grand investissement privé du Canada a été destiné à utiliser des turbines alimentées au gaz naturel – avec l’approbation des régulateurs gouvernementaux – dans des compresseurs qui refroidiront le combustible à -162° C pour réduire le volume pour l’exportation.

Cependant, depuis lors, la province a lancé son initiative CleanBC pour réduire les émissions de 40% d’ici 2030 et atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Cette initiative met une pression sur l’impact du changement climatique et les économies du projet pour passer à une source d’énergie plus coûteuse, l’hydroélectricité, qui nécessiterait des centaines de kilomètres de nouvelles lignes de transmission pour atteindre le site côtier. Maintenant, l’urgence climatique entre en collision avec les préoccupations mondiales, catapultée par les coupures de pétrole et de gaz russes à l’Europe qui ont suivi son invasion de l’Ukraine il y a un an, ainsi que par les changements dans les scénarios d’offre, de demande et de coûts pour l’énergie renouvelable et les combustibles fossiles.

“Avec nos cinq participants de coentreprise, nous continuons à évaluer le calendrier et la portée d’une expansion de la deuxième phase”, déclare Teresa Waddington, vice-présidente de LNG Canada. “Une décision finale d’investissement prendra en compte plusieurs facteurs, notamment la compétitivité globale, l’accessibilité, le rythme, les futures émissions de GES et les besoins des parties prenantes.” Les fluctuations de l’approvisionnement en carburant et des coûts ont poussé certains à repenser à quelle vitesse le passage aux énergies renouvelables se produira de manière réaliste

L’industrie énergétique se trouve à un moment charnière de son histoire, confrontée à une pression croissante pour réduire les émissions de gaz à effet de serre tout en maintenant une sécurité énergétique pour répondre à une demande en constante évolution. Cette situation se reflète dans les récents développements de l’industrie gazière, où la demande de gaz naturel liquéfié (GNL) augmente alors que les gouvernements et les entreprises cherchent à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Au Canada, la première phase du projet LNG Canada a récemment commencé à exporter du GNL vers l’Asie, avec des plans pour une deuxième phase d’expansion. Cependant, le projet est confronté à des pressions pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre, ce qui implique une transition vers des sources d’énergie plus propres telles que l’hydroélectricité. Cette transition nécessiterait la construction de centaines de kilomètres de nouvelles lignes de transmission, ce qui rend le projet plus coûteux.

Parallèlement, la crise en Ukraine et les perturbations dans l’offre, la demande et les coûts de l’énergie renouvelable et des combustibles fossiles ont forcé les observateurs à repenser le rythme de la transition vers les énergies renouvelables et le rôle futur des combustibles fossiles dans l’approvisionnement énergétique mondial.

En effet, malgré les incertitudes, le gaz naturel pourrait bien jouer un rôle clé dans la transition énergétique, car il est considéré comme une source d’énergie plus propre que les combustibles fossiles traditionnels tels que le charbon ou le pétrole. Les prévisions pour les années à venir montrent une hausse de la demande de GNL, qui est en train de devenir un pilier important de l’énergie mondiale.

Cependant, la demande croissante de gaz est source de préoccupations. Aux États-Unis, le gaz naturel a représenté 32% de la consommation d’énergie en 2022. En réponse à une récente crise énergétique au Texas, les autorités de régulation de l’État ont approuvé un plan visant à ajouter plus de centrales au gaz naturel à son réseau électrique.

De même, la Tennessee Valley Authority a décidé de remplacer une centrale au charbon dans le Tennessee par une centrale au gaz, malgré l’opposition des groupes de défense de l’environnement et de l’EPA. L’agence a toutefois noté que des mesures étaient possibles pour améliorer les résultats environnementaux tout en répondant aux besoins de l’industrie.

La transition énergétique ne se fait pas sans difficulté. Les entreprises énergétiques doivent trouver un équilibre entre les rendements financiers importants que le secteur peut générer et la nécessité d’investir dans des énergies plus propres. Les récents gains financiers de l’industrie, tels que les bénéfices record de Shell et BP, ont suscité des critiques.