26 octobre 2021

Actualités159

BDD Phase-Change
Compresseurs
Condenseurs
Evaporateurs
Réfrigérants
Systèmes frigo


BDD Overclocking
Screen Max
Vmods


Catégories de dossiers
Aircooling
Alimentations
Boîtiers
Extreme-Cooling
Hardware
Phase-Change
Watercooling



Waterblocks Xirex pour 8800 GTS/GTX et R600
Posté par David D. le 26/07/2007 à 13:00 | Source : Xirex | 5 commentaire(s)

Le nouveau fabricant allemand Xirex propose des accessoires dédiés au monde du watercooling. Outre un waterblock CPU et un couvercle pour la Laing DDC très classiques, on trouve un waterblock GPU potentiellement intéressant. En effet, son épaisseur totale n’est que de 6 millimètres environ. Ils ressemblent un peu aux modèles Alphacool d’ailleurs et ils sont peut-être issus du même endroit…

A la vue du waterblock, le procédé est visiblement de la même famille que celui utilisé pour les Atotech MC1 ou les Icerex. C’est à dire un sandwich de fines plaques de cuivre prédécoupées, chacune recevant une fine couche de brasure, puis le tout est passé au four pour tout solidariser d’un coup. On peut aussi penser au procédé Curamik, que nous évoquions dans ce dossier, et qui lui consiste presque à la même chose sauf qu’il n’y a plus de brasure à proprement parler. Les plaques de cuivre sont couvertes d’oxyde de cuivre, qui lors d’un fort chauffage vers 1065-1070 °C dans une atmosphère spéciale, fond à nouveau (température de fusion légèrement inférieure à celles des plaques de cuivre pur qui restent solides jusqu’à 1083 °C). L’oxyde se retransforme et diffuse alors en présence d’oxygène pour former un joint eutectique entre les plaques comme si elles avaient fusionné directement alors qu’elles n’ont pas fondues. Une soudure quasi parfaite en somme permettant de faire des formes 3D creuses complètement tordues si l’on veut. Ici, il n’y a peut-être que trois plaques en tout, la deuxième photo laisse transparaître un joint, mais c’est difficile à voir…

Tout en cuivre, ils pèsent moins de 500 gr. Le débit annoncé dans le communiqué est marqué > 130 L/h, mais ça ne veut rien dire du tout puisque ça dépend de la pompe utilisée et du reste du circuit… Soit on donne la courbe de perte de charge de l’élément, soit on ne donne rien ! Les embouts sont filetés G1/4″ donc modifiables très facilement pour les adapter à son circuit.

Ils refroidissent l’ensemble des éléments importants sur les cartes graphiques (GPU, GDDR, VRM). Au contraire des solutions concurrentes utilisant du plexi, les embouts sont vissés dans des connecteurs en laiton plaqués et brasés directement sur le waterblock. Ca évite les fuites puisqu’il n’y a pas de joint (testés à 3 bars) et c’est bien plus résistant aux efforts. La compatibilité est assurée pour les Nvidia 8800 GTX/GTS et les ATI R600, ainsi que pour les montages SLI/CF. Ils seront disponibles vers la fin de cette semaine au tarif de 89.90 € quel que soit le modèle.


Test du contrôleur Zalman ZM-MFC2
Posté par David D. le 26/07/2007 à 00:00 | Source : PC Perspective | 3 commentaire(s)

PC perspective nous propose un test complet de cet accessoire de chez Zalman. Il peut gérer des ventilateurs manuellement (pas de mode automatique programmable suivant des seuils par ex.), des sondes de températures (thermistances classiques) ainsi que donner la puissance consommée à la prise. Si les vitesses de rotation mesurées sont quasi exactes, ainsi que les températures relevées (à moins de 1 °C près), la puissance consommée est en revanche à la rue dès qu’on dépasse visiblement les 100 W…

Comme certaines alimentations Cooler Master disposant d’un petit wattmètre ou même la nouvelle Gigabyte Odin, les chiffres affichés sur la consommation sur ce genre de produit « gadget » sont quasi systématiquement folkloriques et entachés d’une belle erreur. Erreur qui va généralement en s’aggravant avec l’augmentation de la puissance demandée, vu la rusticité des moyens pour la mesurer/calculer.

Dans le cas des alimentations Real Power, un simple capteur à effet Hall était utilisé pour avoir une vague idée du courant absorbé à l’entrée (la valeur du courant est proportionnelle au champ magnétique généré par le passage du courant dans le fil -> principe des pinces ampéremétriques), ce qui ne vaut pas grand-chose sans une bonne électronique et un étalonnage correct. Ce genre de mesure est là pour faire joli et n’a aucune précision d’aucune sorte. Ca ne remplace pas un vrai wattmètre, sans même parler de la bien faible utilité de connaître la puissance à chaque instant pour monsieur tout-le-monde… On peut le trouver vers 40-45 € pour ceux que ça intéresse.

Accéder au dossier du Zalman ZM-MFC2


Powertek EvilTek : boîtier un peu moins complet…
Posté par David D. le 26/07/2007 à 00:00 | Source : Powertek | 0 commentaire(s)

Powertek, marque inconnue par ici, mais qui visiblement fabriquerait pour d’autres en OEM, se lance maintenant avec sa propre marque… Malheureusement, le châssis est clairement simpliste, limite noname si on était méchant, avec des aérations quasi inexistantes et extrêmement bouchées. Aucun système de fixation rapide n’est présent (rails disques durs ou montage des cartes) et point de petits « trucs » qui facilitent la vie non plus. Niveau évolutivité, on a vu mieux ! C’est une grosse coque plastique « tuning » sur un châssis basique, mais avec un 120 mm avant disposant de 24 pales pour faire un « turbo airflow » lumineux, yeah :o.

Annoncé nu à 110 $ pour le 15 août, il est nettement plus cher que le Cooler Master de l’actualité précédente, le tout pour des prestations bien inférieures. Certains n’ont peur de rien à la vue des prix pratiqués sur leurs produits…


Cooler Master RC-690 : boîtier complet
Posté par David D. le 26/07/2007 à 00:00 | Source : Cooler Master | 4 commentaire(s)

Cooler Master aime bien les boîtiers et nous propose un nouveau modèle, le RC-690, à tarif raisonnable puisqu’il sera disponible vers fin août pour 79.9 € (sans alimentation). En acier, il arbore un design sobre et agréable avec un schéma interne à la manière ATX inversé (alimentation en bas) et avec une partie avant faite en grillage métallique un peu à la façon MAC.

D’origine, il dispose déjà de trois 120 mm, un à l’avant avec des LED bleues, un à l’arrière et un sur la façade latérale en face de la carte graphique. La ventilation est donc déjà conséquente et normalement suffisante…

On peut noter l’emplacement pour le 80×15 mm derrière la platine qui soutient la carte mère, car en ventilant un peu par là, on peut espérer diminuer légèrement la température autour du socket puisqu’une partie de la dissipation du CPU s’en va dans le PCB, qui chauffe aussi un peu suite au transport du fort courant, aux pertes du VRM, etc. Des trous pour passer les tuyaux d’un système de refroidissement externe sont également les bienvenus à l’arrière !

Ses points forts principaux sont :

– jusqu’à 7 ventilateurs de 120 mm (possible d’en mettre 2 de 140 mm au plafond) + un 80 mm pour l’arrière de la carte mère
– 5 baies 5.25″ + 6 baies 3.5″
– disques durs montés sur racks antivibrations
– assemblé sans outillage
– divers petits trucs pour faciliter le routage des câbles

Bref, ça semble être un très bon boîtier bien pensé, évolutif et de bonne qualité.


Boîtiers spéciaux Water-Computer Neptun
Posté par David D. le 23/07/2007 à 12:30 | Source : Watercomputer | 4 commentaire(s)

Voilà un concept qui n’a visiblement jamais vraiment abouti depuis 2 ans où il a été introduit. Les boîtiers Neptun possèdent une double paroi pour que le fluide de refroidissement puisse y circuler librement à l’intérieur, en utilisant ces parois comme des échangeurs avec l’air.

Aucune pompe ne se trouve dans le système puisque l’auteur compte sur la convection naturelle pour obtenir la circulation suite au réchauffement du fluide par les composants. Néanmoins, il faut généralement de grandes différences de température pour que le fluide se mette suffisamment en mouvement (comme l’eau dans une casserole chauffée qui tourne toute seule selon un tore). Les débits engendrés sont toujours très faibles et les performances qui s’en suivent s’en ressentent bien sûr. Ca peut éventuellement suffire à une petite configuration (certains l’ont déjà fait). L’auteur donne quelques informations sur cette page avec un AMD3200+ qui grimpe à plus de 70 °C.

Le principe est de tout relier ensemble et de jouer avec les différences de densité. Le fluide réchauffé ayant une densité moindre, il va s’élever dans le système par rapport au fluide plus froid et donc engendrer un léger débit dans la structure. La boucle est bouclée. Reste à voir en pratique… Plus d’infos dans la source pour ceux qui voudraient des idées 😉


©2003-2019 Cooling-Masters.com. Tous droits réservés.