logo
 AccueilNewsDossiers & ReviewsBDDForumA propos

BDD Phase-Change
Compresseurs
Condenseurs
Evaporateurs
Réfrigérants
Systèmes frigo


Catégories de dossiers
Aircooling
Alimentations
Boîtiers
Extreme-Cooling
Hardware
Phase-Change
Watercooling

Derniers dossiers
Nanofluides, l'efficacité à la hausseSwiftech Apogee GTTagan Dual Engine 500 W8800GTX SLI & QX6700 Extreme O/C

Dis monsieur, il y a quoi dans un caloduc ?

Posté par David D. le 15/05/2009 à 00:00 | Source : Thermolab

Un petit rappel ne fait jamais de mal, donc pour ceux qui se demandent ce qu'un caloduc peut bien contenir de mystérieux, la firme Thermolab, qui produit le Baram, s'est prêtée au jeu de l'éventrage de caloducs. Il en existe de nombreuses sortes qui se focalisent principalement et différemment sur un point crucial : le retour des condensats vers la partie chaude où est absorbée la chaleur par le caloduc.

Hormis l'apport de l'effet de la gravité si le caloduc est placé dans le bon sens pour en profiter, l'effet automatique que l'on puisse utiliser pour compléter cette action de retour est d'avoir recours à la capillarité. Ici, trois des techniques les plus courantes pour utiliser cette capillarité sont évoquées : les caloducs à poudre agglomérée, ceux à rainures et ceux à tresses. Toutes ne se valent pas en terme d'efficacité, car tous perdent irrémédiablement une partie de leur capacité maximale de transport de chaleur, parfois de manière extrêmement importante, quand le fluide recondensé (eau en général) doit remonter le caloduc dans le sens opposé à la gravité.

Ceux à poudre de cuivre agglomérée sont les plus performants à ce niveau (l'effet de succion est proportionnel à la taille des porosités), mais sont aussi les plus compliqués à produire et donc sont légèrement plus chers. Ceux à rainures sont nettement plus simples, mais perdent quasiment toute leur efficacité quand le liquide doit remonter verticalement contre la gravité dans les canaux sculptés sur la paroi. Et enfin ceux avec une tresse sont généralement un bon compromis entre facilité de fabrication et efficacité. Il n'est pas toujours évident de savoir ce qu'un fabricant utilise comme modèle de caloduc, même si certains le précisent volontiers...



News précédente :
Corsair Cooling Ice Series T30 : du TEC pour la RAM
News suivante :
Intégration d'un PC watercoolé dans un bureau




Vos commentaires
A vous la parole...

le 15/05/2009 à 09:16
Bylborg
Intéressant.
Alors il faudrait que les testeurs rajoutent une page "dissection" dans les comparatifs de Rad, histoire d'être complet :whistle:
le 15/05/2009 à 22:23
Wils
Merci pour l'info :jap:

Je pensais que tous était à base de poudre avec une taille de poudre +/- gros suivant les marques/models

A quand les hp à géométrie variable (avec un réglage sur la pression interne) ;)
quoi qu'ils le sont déjà mais en fonction de la température interne qui influe sur la pression mais pas manuellement
De cette façon on pourra ajuster le seuil de fonctionnement du ventirad suivant où on habite et qu'on lui met un ventilo pour pas (fanless)

Bylborg,
ça revient à détruire le ventilrad qui va aller à la poubelle :-/
le 16/05/2009 à 11:03
Kant
J'avais coupe y'a qques annees un ensemble chipset - mosfet d'une p5b, ben dans le caloduc, que dalle!
Aucune des techniques exposees ici, c'etait juste un tube.
le 16/05/2009 à 11:51
Rosco
Une belle arnaque quoi (je rigole, mais j'ai aussi une P5B :lol: )
le 16/05/2009 à 16:51
Mastaba
C' est homogène sur toute la longueur du tube ou y a une optimisation en fonction du degré de condensation ?
le 16/05/2009 à 17:02
Rosco
C'est homogène puisqu'un HP peut avoir les sources chaudes et froides positionnées n'importe où.
le 18/05/2009 à 00:40
kissa
et rainures + 2em parois ça donnereait rien ? ^^

Les commentaires ne sont plus autorisés après 90 jours.



©2003-2017 Cooling-Masters.com. Tous droits réservés.