Cooling-Masters
Connexion · INSCRIPTION · Site Recevoir à nouveau l'e-mail de validation


Questions sur le fonctionnement d'un Waterchiller

Ajouter ou retirer ce sujet de vos favoris  ·  Suivre ce sujet  ·  Imprimer ce sujet
Pages :  1  2 
Page précédente    Page suivante 
Digaboy


Membre
Messages : 61

mercredi 22 juillet 2009 à 14:58:40     
Bonjour,

On commence par une rapide présentation de moi même:
21 ans en école d'ingénieur en électronique (analogique et numérique) et d'automatisme (donc la partie régulation normalement c'est OK ) . Très peu (aucune ) connaissance dans le domaine du refroidissement et de la thermo mais suffisament motivé pour apprendre.

J'ai depuis quelques temps l'envie de faire évoluer le WC de ma config pour le rendre plus performant. J'avais dans un premier temps penser changer certain composants mais au final le gain de performance était faible face à l'investissement en €. Donc j'ai cherché un moyen de refroidir plus efficacement mon PC et j'en suis arrivé à la conclusion qu'un waterchill remplissait toute mes attentes.

Je me tourne donc vers vous pour m'aider dans la réalisation d'un tel dispositif.

Donc je pense suivre les étapes suivantes:
- Compréhension du fonctionnement
- Devis/Choix
- Réalisation
- Test

Actuellement j'en suis au stade de la compréhension et j'aimerai savoir si j'ai bien compris le fonctionnement de tout le bazar

J'ai lu l'article sur la réalisation du Zytrachil (très bien fais d'ailleurs) mais j'ai quelques questions.

Voici ce que j'ai compris, arreter moi si je me trompe

Le condensateur :
- permet le refroidissement du gaz et ainsi permet la transformation de gaz HP -> liquide HP
- plus c'est gros (sous entendu performant), mieux c'est
- Quels conséquences si ce condensateur est sous dimensionné et/ou pas assez ventilé ??

Le capilaire
- permet de transformer le liquide HP -> liquide BP
- sa longueur dépend du gaz et du compresseur
- Conséquence d'un capilaire trop grand/trop petit ? je crois qu'un capilaire trop grand entrainera une perte de pression trop importante pour le compresseur et qu'un capilaire trop grand entrainera une pression en entrée du compresseur trop importante. Mauvais pour le compresseur ??


L'évaporateur
- permet la transformation du liquide BP-> gaz BP et ainsi de générer du froid
- Comment calculer la longueur nécéssaire ?

Compresseur
- permet la transformation du gaz BP-> gaz HP
- + c'est puissant, + on peut descendre en température sur le LDR du réservoir
- + c'est puissant, + le condensateur peut être chaud
- puissance à choisir en fonction de la puissance à dissiper


bon ça c'est la partie où normalement j'ai tout bon . On va passer sur la partie où je suis pas sur

- L'ACL permet d'éviter d'abimer le compresseur si tout le liquide BP n'a pas pu être transformer en gaz BP dans l'évaporateur.
- Rôle du silencieux ?? faire moins de bruit je suppose, mais quelles sont les conséquences sur le système complet ?
- J'ai pas vraiment compris la notion de température d'ébulition ( dans le tableau elle est donnée pour 1bar)

Voila je pense avoir fait le tour de mes questions, mais je pense que vos réponses vont entrainer d'autres questions

Sinon ça demande quoi niveau entretien ??

Message édité par Digaboy le mercredi 22 juillet 2009 à 14:59:26
Google




     
Clemmaster


Benou lover <3
Messages : 5804

mercredi 22 juillet 2009 à 17:49:06     
QUOTE :

Le condensateur condenseur :
- permet le refroidissement du gaz et ainsi permet la transformation de gaz HP -> liquide HP
- plus c'est gros (sous entendu performant), mieux c'est
- Quels conséquences si ce condenseur est sous dimensionné et/ou pas assez ventilé ??


Les conséquences sont une élévation de la pression de condensation qui :
- Peut devenir vraiment importante et frôler la limite du compresseur (un hermétique ne peut pas fonctionner avec un niveau de pression aussi élevé qu'on veut, de l'ordre de 22~25bars en fonctionnement, mais mieux vaut rester sous les 18bars pour être "tranquille" (c'est psychologique, les brasures tiennent sans problème un tel niveau de pression )
- Diminue le rendement volumétrique du compresseur à pression d'évaporation donnée (pour faire simple, c'est dû au volume mort dans la chambre de compression lorsque le piston est au max de sa course = point mort haut) => Diminue la puissance frigo disponible.
- Augmente la pression d'évaporation avec un capillaire, donc la température (mais ça augmente aussi la capacité frigo du coup, à charge de gaz donnée).

QUOTE :


Le capillaire
- permet de transformer le liquide HP -> liquide BP
- sa longueur dépend du gaz et du compresseur
- Conséquence d'un capillaire trop grand/trop petit ? je crois qu'un capillaire trop grand entrainera une perte de pression trop importante pour le compresseur et qu'un capillaire trop grand entrainera une pression en entrée du compresseur trop importante. Mauvais pour le compresseur ??


La longueur dépend surtout de la puissance frigo et du gaz utilisé. Ensuite la température d'évaporation est déterminée par le compresseur, c'est plutôt dans ce sens qu'il faut raisonner (selon moi ).
Un capillaire trop grand entrainera une forte perte de pression, donc pour atteindre une puissance frigo donnée il faudra charger plus en gaz pour compenser => La pression statique augmente (pas bien grave jusqu'à un certain niveau où le gaz peut se transformer en liquide à température ambiante, mais faut s'accrocher et remplir longtemps pour y arriver )
Un capillaire trop petit ne te permettra pas d'atteindre une température très basse et le risque de retour liquide pour le compresseur devient important => Le retour liquide est très mauvais pour un compresseur piston.

QUOTE :


L'évaporateur
- permet la transformation du liquide BP-> gaz BP et ainsi de générer du froid
- Comment calculer la longueur nécéssaire ?


Si par générer du froid tu entend absorber de l'énergie à une température < Tambiante alors ouais c'est ça
C'est difficile à calculer. En général on fait ça à vue de nez, mais une chose est sûre, ça dépend au moins de la puissance frigo visée. En général on met entre 10 et 15m de 8/10

QUOTE :


Compresseur
- permet la transformation du gaz BP-> gaz HP
- + c'est puissant, + on peut descendre en température sur le LDR du réservoir
- + c'est puissant, + le condenseur peut être chaud
- puissance à choisir en fonction de la puissance à dissiper


Globalement c'est ça, je rajouterai juste qu'on choisi pas un compresseur par sa puissance nominale (entendre puissance nominale du moteur) mais par sa puissance frigo ou sa cylindrée. Personnellement je ne choisi les compresseur que par leur cylindrée et leur rendement volumétrique, je vérifie ensuite si le moteur qui l'équipe peut supporter le gaz dans les conditions souhaitées. Tu choisis en fonction de la puissance et de la température

QUOTE :


bon ça c'est la partie où normalement j'ai tout bon . On va passer sur la partie où je suis pas sur

- L'ACL permet d'éviter d'abimer le compresseur si tout le liquide BP n'a pas pu être transformer en gaz BP dans l'évaporateur.
- Rôle du silencieux ?? faire moins de bruit je suppose, mais quelles sont les conséquences sur le système complet ?
- J'ai pas vraiment compris la notion de température d'ébulition ( dans le tableau elle est donnée pour 1bar)


Pour l'ACL oui, le silencieux n'a pas d'intérêt pour nous, nos systèmes sont loin d'en avoir besoin
La température d'ébullition donnée te permet de situer les fluides réfrigérants les uns par rapport aux autres. Par exemple si tu vois -44° à 1bar, tu pourra en déduire qu'utilisé dans un même système, celui-ci aura, au choix, une capacité supérieure ou une température inférieure que le même système utilisé avec un gaz qui a une température d'ébullition de -25°C à 1bar par exemple. Pour ce qui est de la définition, la température d'ébullition est la température à partir de laquelle le liquide, à une pression donnée, se transforme en gaz (indispensable pour un tel système, c'est l'ébullition qui absorbe énormément d'énergie).

Si t'as d'autres questions n'hésites pas
Digaboy


Membre
Messages : 61

mercredi 22 juillet 2009 à 19:18:12     
Merci de ta réponse rapide et désolé pour condensateur, déformation professionnel


QUOTE :

La longueur dépend surtout de la puissance frigo et du gaz utilisé. Ensuite la température d'évaporation est déterminée par le compresseur, c'est plutôt dans ce sens qu'il faut raisonner (selon moi ).
Un capillaire trop grand entrainera une forte perte de pression, donc pour atteindre une puissance frigo donnée il faudra charger plus en gaz pour compenser => La pression statique augmente (pas bien grave jusqu'à un certain niveau où le gaz peut se transformer en liquide à température ambiante, mais faut s'accrocher et remplir longtemps pour y arriver )
Un capillaire trop petit ne te permettra pas d'atteindre une température très basse et le risque de retour liquide pour le compresseur devient important => Le retour liquide est très mauvais pour un compresseur piston.


Ok donc en gros si on a un capillaire trop grand, on va devoir charger plus haut en pression le compresseur pour compenser la perte de pression.

Donc si je résume bien le fonctionnement de l'ACL, ça permet d'effectuer la détente du gaz dans un endroit "costaud" plutôt que dans le compresseur.
par contre, il me semble que le compresseur a besoin de gaz et d'huile pour fonctionner et quand je regarde l'image (posté il y a très longtemps par boudamagic) ci-dessous, je me demande comment l'huile peut continuer de parcourir le circuit car on l'a coupé dans sa continuité, non ?



QUOTE :

La température d'ébullition donnée te permet de situer les fluides réfrigérants les uns par rapport aux autres. Par exemple si tu vois -44° à 1bar, tu pourra en déduire qu'utilisé dans un même système, celui-ci aura, au choix, une capacité supérieure ou une température inférieure que le même système utilisé avec un gaz qui a une température d'ébullition de -25°C à 1bar par exemple. Pour ce qui est de la définition, la température d'ébullition est la température à partir de laquelle le liquide, à une pression donnée, se transforme en gaz (indispensable pour un tel système, c'est l'ébullition qui absorbe énormément d'énergie).

Concernant la température d'ébullition, je suis pas sur d'avoir tout compris.

Donc on va essayer de reformuler ce que tu as dit avec ce que je crois avoir compris ( )
Donc c'est la transformation de liquide-> gaz qui permet d'absorber de l'énergie et donc dans le cas d'un waterchiller de refroidir l'eau du réservoir.

Par contre est-ce que c'est le passage de capillaire (tuyau très fin) a évaporateur (tuyau gros) qui force le passage de liquide BP à gaz BP ? et donc en fonction du gaz utilisé on obtient la température donnée.

Pour résumé rapidement, est-ce que c'est l'état qui détermine la température ou bien la température qui détermine l'état. J'ai suppose que c'est la première supposition car la deuxième m'a l'air bizarre et pas logique.


Donc si je résume le procédé pour faire un chiller:
- on choisit un compresseur
- on choisit le gaz
- on calcul la longueur de capillaire nécéssaire
- on calcul la longueur de l'évaporateur en fonction de la puissance voulue
- on choisit la puissance du condenseur en fonction de la puissance totale à dissiper
Clemmaster


Benou lover <3
Messages : 5804

mercredi 22 juillet 2009 à 19:44:05     
QUOTE :

Ok donc en gros si on a un capillaire trop grand, on va devoir charger plus haut en pression le compresseur pour compenser la perte de pression.

Donc si je résume bien le fonctionnement de l'ACL, ça permet d'effectuer la détente du gaz dans un endroit "costaud" plutôt que dans le compresseur.
par contre, il me semble que le compresseur a besoin de gaz et d'huile pour fonctionner et quand je regarde l'image (posté il y a très longtemps par boudamagic) ci-dessous, je me demande comment l'huile peut continuer de parcourir le circuit car on l'a coupé dans sa continuité, non ?


La détente ne s'effectue que dans le capillaire (détendeur), l'ACL fait en sorte que les bulles de liquide restant après passage dans l'évaporateur se transforment en gaz pour pas qu'elles ne pénètrent dans le compresseur. Pour l'huile on perce un petit trou dans le tuyau de retour (celui qui forme un U à l'intérieur) et elle remonte entrainée par le gaz. De toute façon le compresseur ne crache que très peu d'huile, il lui en reste largement assez pour tourner normalement et ce jusqu'à ce que l'huile face le tour du circuit


QUOTE :


Concernant la température d'ébullition, je suis pas sur d'avoir tout compris.

Donc on va essayer de reformuler ce que tu as dit avec ce que je crois avoir compris ( )
Donc c'est la transformation de liquide-> gaz qui permet d'absorber de l'énergie et donc dans le cas d'un waterchiller de refroidir l'eau du réservoir.


Yep!


QUOTE :


Par contre est-ce que c'est le passage de capillaire (tuyau très fin) a évaporateur (tuyau gros) qui force le passage de liquide BP à gaz BP ? et donc en fonction du gaz utilisé on obtient la température donnée.


Tu mets le doigt sur un phénomène de la physique qu'on n'est toujours pas capable de modéliser correctement . Précisément, on ne peut jamais savoir ce qui se passe dans le capillaire. Globalement le liquide haute pression traverse une paroi rugueuse (comme tout matériau) et cela provoque une perte de charge (tu dois être familier, c'est comme en watercooling ). Ce qui suit n'est qu'une supposition de ma part, je n'ai jamais eu confirmation et c'est peut-être très loin de la vérité :
Si tu raisonnes en tranche de fluide, à l'entrée du capillaire on considère que le fluide frigo est 100% liquide à pression HP et température ambiante. Au cours de son passage dans le capillaire, cette tranche de liquide perd sa pression (du aux pertes de charges), seulement comme il existe un équilibre en pression et température, aussitôt que la pression locale du liquide passe en dessous de point de condensation à la température donnée, alors une partie de cette tranche se transforme en gaz (ébullition). La détente de joule qui s'opère dans un système à changement de phase est supposée isenthalpique, donc aucun échange d'énergie avec l'extérieur n'est possible dans le détendeur. Comme tu l'a déjà vu plus haut, lorsque le liquide bout, il absorbe de l'énergie. Ici seule la tranche peut fournir cette énergie et donc en se transformant partiellement en gaz, la tranche de liquide puise son énergie dans elle-même : la température diminue et la formation de gaz permet de maintenir l'équilibre pression/température du reste de la tranche qui, elle, reste donc liquide. Et ce phénomène s'opère tout du long.

En fin de capillaire, tu as donc un mélange liquide + vapeur, qui a perdu en pression et en température : pas besoin de faire des études poussées pour le savoir, une simple mesure le vérifie et le tracer sur un diagramme de Mollier le montre très bien.

Ce dont je ne suis pas sur, c'est si ce phénomène s'opère tout du long, ou si ça s'opère instantanément à la sortie (flash gaz?)

Voilà pour la petite histoire

Et à force d'écrire je m'aperçois que c'est pas la question, j'ai lu liquide HP à liquide BP

Donc pour répondre à la question : non le volume n'a rien à voir avec le passage liquide/gaz => Le liquide BP se trouve dans un milieu chaud, à température supérieure à celle qui correspond à sa pression (= température d'ébullition), par conséquent par la simple température le liquide bout pour revenir à l'état normal dans ce cas : le gaz. Le phénomène se produira tant que cette température est supérieure à la température d'ébullition. Quand tu n'applique pas de charge sur le système et que tu isole l'évaporateur alors au début la température de l'évaporateur va baisser, ensuite il arrivera à une température proche de la température d'ébullition et la charge qui en résulte ne suffira plus à faire bouillir tout le liquide qui se retrouvera aspiré par le compresseur et pouf!

QUOTE :


Pour résumé rapidement, est-ce que c'est l'état qui détermine la température ou bien la température qui détermine l'état. J'ai suppose que c'est la première supposition car la deuxième m'a l'air bizarre et pas logique.


Pas trop compris là

QUOTE :


Donc si je résume le procédé pour faire un chiller:
- on choisit un compresseur
- on choisit le gaz
- on calcul la longueur de capillaire nécéssaire
- on calcul la longueur de l'évaporateur en fonction de la puissance voulue
- on choisit la puissance du condenseur en fonction de la puissance totale à dissiper 


C'est presque ça .

Tu fais :

- Calcul de la charge appliquée au système et détermination des conditions de fonctionnement (température min souhaitée à charge max, température ambiante max etc.)
- Choix du compresseur et du gaz (l'un ne va pas sans l'autre)
- Calcul de la puissance finale du condenseur en fonction des deux points précédents
- Calcul de la longueur de capi
- Calcul de la longueur de l'évapo (10 à 15m)



Message édité par Clemmaster le mercredi 22 juillet 2009 à 19:44:32
Digaboy


Membre
Messages : 61

mercredi 22 juillet 2009 à 21:36:41     
Ok je crois que je commence à comprendre

QUOTE :

Tu mets le doigt sur un phénomène de la physique qu'on n'est toujours pas capable de modéliser correctement . Précisément, on ne peut jamais savoir ce qui se passe dans le capillaire. Globalement le liquide haute pression traverse une paroi rugueuse (comme tout matériau) et cela provoque une perte de charge (tu dois être familier, c'est comme en watercooling ). Ce qui suit n'est qu'une supposition de ma part, je n'ai jamais eu confirmation et c'est peut-être très loin de la vérité :
Si tu raisonnes en tranche de fluide, à l'entrée du capillaire on considère que le fluide frigo est 100% liquide à pression HP et température ambiante. Au cours de son passage dans le capillaire, cette tranche de liquide perd sa pression (du aux pertes de charges), seulement comme il existe un équilibre en pression et température, aussitôt que la pression locale du liquide passe en dessous de point de condensation à la température donnée, alors une partie de cette tranche se transforme en gaz (ébullition). La détente de joule qui s'opère dans un système à changement de phase est supposée isenthalpique, donc aucun échange d'énergie avec l'extérieur n'est possible dans le détendeur. Comme tu l'a déjà vu plus haut, lorsque le liquide bout, il absorbe de l'énergie. Ici seule la tranche peut fournir cette énergie et donc en se transformant partiellement en gaz, la tranche de liquide puise son énergie dans elle-même : la température diminue et la formation de gaz permet de maintenir l'équilibre pression/température du reste de la tranche qui, elle, reste donc liquide. Et ce phénomène s'opère tout du long.

En fin de capillaire, tu as donc un mélange liquide + vapeur, qui a perdu en pression et en température : pas besoin de faire des études poussées pour le savoir, une simple mesure le vérifie et le tracer sur un diagramme de Mollier le montre très bien.


merci pour le cours de thermo


QUOTE :

Donc pour répondre à la question : non le volume n'a rien à voir avec le passage liquide/gaz => Le liquide BP se trouve dans un milieu chaud, à température supérieure à celle qui correspond à sa pression (= température d'ébullition), par conséquent par la simple température le liquide bout pour revenir à l'état normal dans ce cas : le gaz. Le phénomène se produira tant que cette température est supérieure à la température d'ébullition. Quand tu n'applique pas de charge sur le système et que tu isole l'évaporateur alors au début la température de l'évaporateur va baisser, ensuite il arrivera à une température proche de la température d'ébullition et la charge qui en résulte ne suffira plus à faire bouillir tout le liquide qui se retrouvera aspiré par le compresseur et pouf!


Ok donc plus l'evaporateur va descendre en température, moins de liquide va se transformer en gaz et donc c'est le compresseur qui va ramasser le liquide.
Donc pour ça on utilise un ACL, mais arréter moi si je me trompe, l'ACL va lui aussi arriver à une température où le liquide ne se transformera pas, non ?

D'après ce que tu dis le retour de liquide semble inévitable si on utilise trop longtemps le chiller, pourtant j'ai lu que l'utilisation d'un ACL n'est pas obligatoire ?
Rosco


Administrateur
Messages : 25914

mercredi 22 juillet 2009 à 21:43:45     
L'ACL est à l'air libre (ambiance "chaude" du système), donc soumise à un réchauffement perpétuel et si ça ne suffit pas sur de gros systèmes, on peut faire une ACL chauffante. Pour un chiller classique dans notre cas, l'ACL n'est pas utilisée, car le fluide assure toujours une certaine charge thermique (le fluide ne peut pas être à la même T° que le fluide frigorigène, il est forcément un peu + haut) et tu peux t'arranger pour que le liquide frigorigène coule au fond de l'évapo en spirale sans pouvoir remonter.

Message édité par Rosco le mercredi 22 juillet 2009 à 21:45:15
Digaboy


Membre
Messages : 61

mercredi 22 juillet 2009 à 23:00:45     
j'avais pas fais gaffe que l'ACL était un contact à l'air libre. Sinon pas bête le coup de l'évaporateur qui empêche le liquide de remonter. Je suppose qu'une simple spirale avec l'entrée en haut et la sortie en bas qui remonte est suffisant ?

Ok je pense avoir globalement compris le fonctionnement d'un chiller. De toute façon , je pourrais toujours poser des questions plus tard )

Je vais donc passer à la deuxième phase de mon projet: Choix des composants

Donc avant de choisir tout ça, une petite présentation du système à refroidir:
CPU : E8500 @4Ghz pour le moment ( pas eu le temps d'essayer de monter plus haut)
GPU : HD4870 @ stock pour le moment
NB d'une P5Q Pro ( ça monte à 70° avec l'aspiration à fond (une turbine quoi ) d'un P182)

Pas trop d'idée de la dissipation de tout le bazarre, je dirais 200W mais un peu random

Concernant le matos de WC ya :
CPU : EK Supreme Acetal
GPU : EK HD4870 CF Acetal
NB : à déterminer
Pompe : Laing DDC 1T 10W + Top Réservoir X-RES 100

Donc dans un premier temps je vais partir sur une régulation simple:
Refroidir environ 10 litre d'un mélange eau deminéralisé(60%) + LDR(40%) (je retrouve plus le tableau sur les points de fusion des mélanges) à une température comprise entre 10° et 15° avec la possibilité de descendre plus bas (ça me tentera forcement un jour, alors autant le prévoir tout de suite). Donc on part plutôt sur un montage H24 à base d'hystérésis.

Donc première question
- mon PC tourne environ 8h par jour, est-il utile de laisser tourner le waterchill en régulation h24 ?
- est-il possible de sous-volter le compresseur et adapter le voltage en fonction de la charge ? je pense pas car doit falloir toute la puissance du compresseur pour comprimer le gaz

La prochaine étape, avec le choix du compresseur, sera d'essayer d'estimer combien je vais donner d'€ à EDF avec mon installation.
frostmourn


Membre
Messages : 434

mercredi 22 juillet 2009 à 23:20:35     
10 litre c'est assez imposant, apres faut voir la taille que tu desire de la box. Sous volte un compresseur en mono je ne voie pas l'interet.
Utilise le chiller quand tu en à de besoin sa coutera moins chere que si tu le laisse tourne en h24.

Message édité par frostmourn le jeudi 23 juillet 2009 à 01:01:29
Digaboy


Membre
Messages : 61

jeudi 23 juillet 2009 à 09:34:15     
Pour la taille de la box, ça va surtout dépendre de la taille du CP et du condenseur, mais j'aimerais bien obtenir un truc assez discret. Ma préférence va à une box qui irait sous le PC donc 0.2*0.5*H.

Pour les 10L je suis partit sur le calcul suivant :

Un évapo de 12 m en spirale en tuyau de 10 sur un réservoir carré de 20cm de coté.

donc si je fais des spires de 20cm de diamètre, je dois faire environ 20 spires, ce qui fait que le réservoir doit au moins faire 0.2x0.2x0.2. Donc j'obtiens déjà 8 litres . Donc c'est sur que j'ai pas enlevé le volume occupé par l'évapo mais bon il est négligeable

D'après ce que tu semble dire, il est p-e possible de sous volter le compresseur. L'intérêt pour moi, n'ayant pas besoin d'une puissance de froid énorme, est de limiter le bruit (si on considère que sous volté diminue le bruit) même si le CP doit tourner plus longtemps. Au final je vais avoir la même consommation électrique.
Après ça a p-e aucun intérêt mais pour le moment je suis pas capable de le dire



kissagogo27


Méchant Vieux Râleur
Messages : 27642

jeudi 23 juillet 2009 à 10:27:05     
tu peux utiliser un altivar ou compatible pour baisser le 50Hz pour le faire tourner moins vite, a voir si le cp sera aussi efficace ...

Rosco


Administrateur
Messages : 25914

jeudi 23 juillet 2009 à 11:00:17     
Autant prendre un + petit compresseur à ce moment là... Sinon il faut jouer avec la fréquence et non pas la tension du réseau pour ralentir/accélérer le compresseur, ce qui demande du matériel généralement bien cher, et encore il faut voir s'il ne décroche pas si on tourne trop lentement.
frostmourn


Membre
Messages : 434

jeudi 23 juillet 2009 à 11:20:02     
En trie un variteur de frequence t'en pour 0.40 Kw t'en a pour 110euros et prend pas mal de place. Sa va etre dur pour ton integration, en general un phase-change sa fait pas bon menage avec le bruit. Tu pourrai deja insonorise ta boite et mettre un variateur sur les ventilo

Message édité par frostmourn le jeudi 23 juillet 2009 à 11:21:05
kissagogo27


Méchant Vieux Râleur
Messages : 27642

jeudi 23 juillet 2009 à 11:22:21     
l'autre solution va demander de la place, bcp de place, de la plomberie, de la récup , et tu te fais carrément une climatisation a eau réfrigérée, avec ballon d'eau froide de grande quantité etc toussa toussa ...

Digaboy


Membre
Messages : 61

jeudi 23 juillet 2009 à 12:01:42     
ok on abandonne l'idée de baisser le régime du CP, c'était juste une idée en l'air. On repart sur un montage simple à base d'hystérésis.

Digaboy


Membre
Messages : 61

jeudi 23 juillet 2009 à 17:17:58     
Bon on va s'attaquer au choix du composant principal de l'installation : Le compresseur

En cherchant sur le forum, j'ai souvent entendu parler de NL11F, NL7F,... donc j'ai jeté un coup d'oeil à la datasheet pour essayer de comprendre et là : problème ! je comprend pas grand chose au valeur annoncé !

Sur toutes les datasheets on retrouve un tableau équivalent à celui là:


Je comprend pas vraiment les valeurs annoncées. Prenons les mesures avec la normes ASHRAE, on voit que pour une température d'évaporation à -30°, on a une capacité de 126W et que pour une température d'évaporation à -20°, on a une capacité de 332W.

je comprend pas trop, d'un coté on à une température d'évaporation plus faible mais avec une capacité plus forte

Autre détails, sur toute les datasheets, ils parlent de F1 et F2 sauf que sur les schémas je ne trouve aucune mention de ventilo
Clemmaster


Benou lover <3
Messages : 5804

jeudi 23 juillet 2009 à 17:36:10     
Ben non, t'as 180w à -30°C et 332w à -20°C
Rosco


Administrateur
Messages : 25914

jeudi 23 juillet 2009 à 17:44:41     
Oui, ses 2 phrases expriment 2 choses inverses, donc laquelle on prend en compte dans ce que tu veux savoir ??
Ou alors il y a une mauvaise expression au niveau de "température d'évaporation plus faible", car en fait tu veux dire l'inverse (-20 °C c'est + haut que -30 °C, le chiffre ayant beau être + petit, on est dans le négatif...), non ?
Digaboy


Membre
Messages : 61

jeudi 23 juillet 2009 à 17:56:51     
OK j'ai pas été super claire dans mon incompréhension


On va essayer de faire simple

- Que représente la capacité donnée pour une température d'évaporation ?
- Que représente la température d'évaporation ?

Je comprend pas que pour -30° on a une capacité de 180W alors que pour -20° (qui est plus haut) on a une capacité de 332W. Ca devrait être l'inverse non ? +la température est basse, + on devrait avoir de capacité , non ?


Clemmaster


Benou lover <3
Messages : 5804

jeudi 23 juillet 2009 à 18:12:06     
Non car plus la pression en BP est élevée (Température d'évaporation plus élevée) plus le gaz BP aspiré par le compresseur est dense => à débit volumétrique constant (ce qui n'est pas le cas car il croit avec la pression donc ça va encore plus dans le sens de l'augmentation) le débit massique est supérieur, donc la capacité l'est également

Message édité par Clemmaster le jeudi 23 juillet 2009 à 18:13:24
Digaboy


Membre
Messages : 61

jeudi 23 juillet 2009 à 18:47:48     
ok j'ai compris, la suite logique est donc, comment choisir la puissance ?
Clemmaster


Benou lover <3
Messages : 5804

jeudi 23 juillet 2009 à 19:56:33     
Ben la puissance frigo c'est la puissance que le système est capable d'absorber dans les conditions indiquées (Températures de condensation et évaporation, sous refroidissement, surchauffe etc.). Il te faut donc calculer la puissance maximale que tu souhaites pouvoir refroidir, et ce dans les conditions les plus défavorables de température (ambiante max et évaporateur minimal). Faudrait que tu estimes tes besoins car la puissance souhaitée à la température la plus basse possible peut ne pas être la valeur déterminante, par exemple tu dis 100w à -25°C et 400w à -10°c, c'est le deuxième cas qui sera le plus défavorable en terme de cylindrée/puissance de compresseur
Bud


Membre
Messages : 159

jeudi 23 juillet 2009 à 22:10:24     
Effectivement, c'est à toi de calculer la puissance de compresseur dans les conditions de fonctionnement que tu définis.
Tu vois aisément la différence de puissance suivant les normes de calcul dans tes datasheet. Ceux ne sont que normes pour pouvoir comparer les compresseurs dans un cadre. Sinon, les constructeurs feraient chacun leur sauce....
Si la puissance n'apparait pas dans un datasheet, c'est que le constructeur ne valide pas l'utilisation de ce compresseur dans ces conditions d'utilisation. Par exemple, les compresseurs que tu affiches ne peuvent pas fonctionner à une pression d'aspiration de 0°C, ni à -40°C

Je ne crois pas qu'on puisse baisser la vitesse de rotation d'un hermétique à pistons sans nuire au graissage. Je n'ai pas vue de validation pour ce genre de compresseur. Généralement, on subdivise la puissance en plusieurs hermétiques et on utilise des étages de puissance pour démarrer ou arrêter un compresseur.
Dans ton cas, il n'y aura pas de variation de puissance frigorifique significative pour moduler la puissance du compresseur. Il te faudrait un échangeur à plaques ou multitubulaire et faire varier la température d'eau à débit constant ( vanne trois voies proportionnelles = coûte cher). Mais là, on arrive à un refroidisseur industriel
Digaboy


Membre
Messages : 61

jeudi 23 juillet 2009 à 23:43:44     
pas tout compris mais ça sera surement plus claire demain matin

Sinon demain je vais commencer à "harceler" des frigoristes près de lyon pour savoir s'ils peuvent me fournir le matos nécessaire à mon waterchill, des bonnes adresses ??
kissagogo27


Méchant Vieux Râleur
Messages : 27642

vendredi 24 juillet 2009 à 00:02:00     
t'aura pas besoin, ils sont toujours prêts a dépanner le client désireux de se delester de pleins de billets de €€€
Clemmaster


Benou lover <3
Messages : 5804

vendredi 24 juillet 2009 à 15:53:35     
http://www.kaeltetechnik-shop.at/ c'est pas très cher mais faut compter 20€ de fdp car ça vient d'autriche
Google




     
Pages :  1  2 
Page précédente    Page suivante