logo
 AccueilNewsDossiers & ReviewsBDDForumA propos

BDD Phase-Change
Compresseurs
Condenseurs
Evaporateurs
Réfrigérants
Systèmes frigo


Catégories de dossiers
Aircooling
Alimentations
Boîtiers
Extreme-Cooling
Hardware
Phase-Change
Watercooling

Derniers dossiers
Nanofluides, l'efficacité à la hausseSwiftech Apogee GTTagan Dual Engine 500 W8800GTX SLI & QX6700 Extreme O/C

Comparatif de pompes II - Page 6/18

Rédigé par David D. - 21/09/2005
Catégorie : Watercooling



« Page précédente
Page suivante »

Dangerden CSP-MAG

  • Vitesse de rotation : 2500-3000 tr/min
  • Tension de fonctionnement : 12 V
  • Fluides utilisables : tous types
  • Durée de vie moteur estimée : 50 000 heures
  • Débit maxi atteignable : 500 L/h
  • Pression maxi atteignable : 2,1 mH2O
  • Poids : 430 gr
  • Garantie : 2,5 ans
  • Connectique électrique : 3 pins
  • Prix indicatif : 45 $

Après l'épisode calamiteux des pompes CSP750 et de leur réalisation assez foireuse, n'ayons pas peur des mots, C-Systems revient avec un nouveau modèle désigné CSP-MAG en espérant corriger les problèmes des versions précédentes. Ici, elle est déclinée à l'effigie de la marque Dangerden.

Elle arrive dans une petite boîte en carton vu son très faible encombrement, les embouts pour tuyau de 12 mm interne étant fournis à part. Elle occupe un volume presque cubique de 53x53x45 mm (sans embouts). Elle possède désormais une partie avant en Delrin (résine plastique) et un carter moteur toujours en aluminium. Le cordon d'alimentation est doté de trois broches (alimentation + tachymètre) à brancher sur la carte-mère. Il existe aussi un adaptateur pour Molex standard, mais il est fourni en option.

La sortie est naturellement décalée pour profiter au maximum de la vitesse du fluide en bout de pale. La pompe est taraudée en 1/4" NPT (norme américaine) pour accueillir les embouts Dangerden au même pas. Attention donc à bien choisir le filetage des embouts, car la norme en Europe est légèrement différente, mais on peut choisir le taraudage que l'on souhaite a priori. Néanmoins, nous avons pu monté facilement des embouts cylindriques 1/4" BSP avec un joint torique sous le tête dans le filetage, ça flotte un peu avec le trou légèrement plus grand, mais l'embout se bloque bien une fois serré à fond et sans fuites.

L'un des gros défauts des CSP750 était d'avoir de l'aluminium mal anodisé en contact avec le fluide, ce qui provoquait une corrosion sévère chez certains. Ici, une partie cylindrique en Delrin est emmanchée en force sur la partie moteur composée d'aluminium et permet de ne pas avoir d'aluminium au contact du fluide. Le joint torique est placé de telle manière à s'appuyer sur le Delrin de chaque côté pour en faire une chambre étanche entièrement en plastique, donc plus aucun problème de réaction chimique indésirable.

On constate tout de même encore quelques petits défauts de qualité sur ce modèle avec deux amorces de trous mal faites à l'intérieur qui servent probablement à la mise en place pour l'usinage ou de repère pour l'assemblage, mais ça ne fait pas très sérieux. Et si l'on regarde bien les photos, on voit également que les 2 parties ne s'assemblent pas parfaitement. Il y a environ 1 mm de décalage entre les 2 parties et le démontage n'y fait rien, les trous ne sont pas coaxiaux.

Le trou dans lequel l'axe vient s'enfiler ne communique pas avec le moteur (plus de joint à lèvre ridicule). C'est dedans qu'on retrouve les 2 paliers en saphir poli qui permettent à l'axe en acier d'être parfaitement maintenu en place. Si on regarde bien la photo centrale ci-dessous, on peut apercevoir le premier palier juste en haut du trou (c'est plein d'huile d'ailleurs, un peu inutile car l'eau va tout balayer). Plus de risques non plus que l'embout d'entrée ne vienne taper dans le rotor, car il en est maintenant suffisamment éloigné.

Le rotor de 35 mm de diamètre est de type ouvert à six pales légèrement incurvées et solidaire de l'axe. Il intègre un aimant torique à quatre pôles sur la partie inférieure qui garantira la rotation de l'ensemble. Néanmoins, la qualité du rotor n'est pas excellente, car la partie plastique ne tourne pas parfaitement rond suite à une déformation à l'insertion de l'aimant peut être et engendrera sûrement des vibrations. On peut se demander aussi pourquoi l'axe est si long sur le devant alors qu'il ne sert à rien (réutilisation d'anciennes pièces ?). Il existe diverses géométries de rotor interchangeables, non représentées ici, suivant les caractéristiques que l'on souhaite donner à la pompe et suivant ce que choisit le revendeur.

Aucune information n'est disponible sur leur fiabilité dans le temps, car elles sont trop récentes et encore peu répandues. Espérons qu'elles ne fassent pas comme les CSP750 et que leur moteur tienne le coup. Dans l'ensemble, elles sont quand même un peu plus réfléchies que les CSP750...

« Page précédente
Page suivante »

©2003-2017 Cooling-Masters.com. Tous droits réservés.