logo
 AccueilNewsDossiers & ReviewsBDDForumA propos

BDD Phase-Change
Compresseurs
Condenseurs
Evaporateurs
Réfrigérants
Systèmes frigo


Catégories de dossiers
Aircooling
Alimentations
Boîtiers
Extreme-Cooling
Hardware
Phase-Change
Watercooling

Derniers dossiers
Nanofluides, l'efficacité à la hausseSwiftech Apogee GTTagan Dual Engine 500 W8800GTX SLI & QX6700 Extreme O/C

Comparatif de pompes II - Page 3/18

Rédigé par David D. - 21/09/2005
Catégorie : Watercooling



« Page précédente
Page suivante »

AquaXtreme 50Z-DC12

  • Vitesse de rotation : 3500 tr/min
  • Tension de fonctionnement : 12 V
  • Fluides utilisables : tous types
  • Durée de vie moteur estimée : N/A
  • Débit maxi atteignable : 700 L/h
  • Pression maxi atteignable : 3,2 mH2O
  • Poids : 645 gr
  • Garantie : 2 ans
  • Connectique électrique : Molex standard 4 pins
  • Prix indicatif : 75 $

L'AQX50Z est une pompe centrifuge à entraînement magnétique. C'est la révision 2 de l'ancienne MCP600 qui avait connu des problèmes d'axe, désormais résolus. C'est une pompe industrielle provenant du fabricant Pan World, dont l'ingénieur concepteur est un ancien de chez Iwaki, ce qui explique la ressemblance frappante entre leurs modèles.

Le corps est entièrement en aluminium et la tête de pompe en plastique. C'est une pompe exclusivement à usage externe non immergeable. Elle est dotée d'embouts de 12,7 mm (1/2") de diamètre externe pour 10 mm interne, donc du tube 10 ou 12 mm interne s'adaptera bien dessus. A noter qu'elle possède un seul sens de rotation, ce qui permet l'emploi d'une sortie décalée pour convertir plus efficacement la vitesse de l'eau en pression.

Il faut éviter de la faire tourner à vide, car ça chauffera fort au niveau de l'axe et ça surchargera l'électronique du fait d'une grande vitesse de rotation. Elle est alimentée en 12 V par une Molex classique (50 cm). Un pad en néoprène à coller sous la pompe est fourni avec pour dire de réduire un peu les vibrations éventuelles qui se transmettraient au boîtier. De la documentation reprend aussi les quelques précautions d'emploi et les termes de la garantie (en anglais).

Une fois l'arrière démonté, on voit l'un des deux roulements qui guide l'axe principal permettant la rotation de l'aimant torique sur le devant. On a aussi accès à l'électronique qui gère le stator avec notamment les trois petits capteurs à effet Hall (capteurs magnétiques) situés sur la partie blanche à l'arrière. Ils renseignent sur la position du rotor en temps réel pour piloter le stator quelle que soit la vitesse de rotation. En effet, cette vitesse de rotation va varier suivant le débit et il faut donc pouvoir asservir l'alimentation des différentes phases du stator sous peine de décrochage.

On retrouve simplement un contrôleur brushless qui pilote trois circuits contenant chacun deux transistors à effet de champ (1,2 A maxi chacun) pour alimenter chacune des trois phases en fonction de ce que renvoie les capteurs à effet Hall.

Les deux parties de la pompe ont la particularité d'être indépendantes et isolées l'une de l'autre. Le rotor supportant les aubages ne se trouve pas directement sur l'axe du moteur comme c'est le cas sur les autres pompes, mais sur un deuxième axe découplé. L'entraînement du rotor se fait aussi entre deux aimants permanents à quatre pôles et non pas entre un aimant permanent entraîné par un stator générant un champ électromagnétique. L'intérêt ? Quasiment aucun, si ce n'est de séparer complètement les deux parties, d'éviter les étanchéités inutiles (rappelez vous de la CSP750 et des fuites vers le moteur...) et de pouvoir changer de tête comme on veut, car il y a plusieurs modèles avec des embouts différents.

En retirant les quatre vis, la tête en plastique peut s'ouvrir (étanche grâce à un joint torique) et laisser apparaître le deuxième axe et le rotor. Dans cette partie hydraulique, toutes les pièces d'usure sont en matériaux céramiques pour garantir la longévité. L'axe fait 4 mm de diamètre et possède une rainure tout du long pour que l'eau puisse circuler et jouer son rôle de lubrifiant. Le rotor de type fermé et d'un diamètre de 42 mm, possède cinq canaux courbes pour utiliser au mieux la puissance mécanique transmise et ainsi optimiser l'écoulement.

Le fait de pouvoir retirer la tête facilement, permet aussi de la monter avec quatre angles différents dont deux positions à plat qui peuvent se révéler fort pratiques pour faciliter l'intégration dans une tour.

En enfin, une information précieuse concernant la fiabilité de ce modèle et les retours SAV nous a été communiquée. Le pourcentage de retours est très inférieur à 1 % sur un grand nombre de pompes vendues et pas seulement dans le domaine du watercooling. Dans quasiment tous les cas, il s'agit d'erreurs et d'abus manifestes de la part des utilisateurs. Le cas typique le plus recensé vient de ceux qui survoltent la pompe comme des fous (certains l'avouent) ou encore ceux qui ont tellement voulu rentrer en force des embouts métal qu'ils fendent la tête de pompe en deux. On peut aussi citer ceux qui la font marcher à sec trop longtemps ou ceux qui utilisent des mélanges bizarres formant d'énormes dépôts qui empêchent le rotor de tourner, alors qu'il suffisait de l'ouvrir et de la nettoyer...

« Page précédente
Page suivante »

©2003-2017 Cooling-Masters.com. Tous droits réservés.