logo
 AccueilNewsDossiers & ReviewsBDDForumA propos

BDD Phase-Change
Compresseurs
Condenseurs
Evaporateurs
Réfrigérants
Systèmes frigo


Catégories de dossiers
Aircooling
Alimentations
Boîtiers
Extreme-Cooling
Hardware
Phase-Change
Watercooling

Derniers dossiers
Nanofluides, l'efficacité à la hausseSwiftech Apogee GTTagan Dual Engine 500 W8800GTX SLI & QX6700 Extreme O/C

Comparatif de pompes Laing - Page 9/10

Rédigé par David D. - 06/10/2004
Catégorie : Watercooling



« Page précédente
Page suivante »

Nuisances sonores

Le silence de fonctionnement d'une pompe est l'un des points essentiels que l'on recherche en général. Pour pallier l'absence de sonomètre, on a enregistré le son produit par chaque pompe de manière identique et à une distance similaire. Cela s'est fait dans une boite en mousse épaisse pour atténuer l'effet du bruit environnant éventuel (pièce calme) et éviter les échos et vibrations éventuelles. Une mesure en dB seule ne signifie pas grand-chose de toute façon puisque le bruit peut avoir différents tons et fréquences plus ou moins agréables à l'oreille. Tout cela peut être ressenti différemment suivant la sensibilité de chaque personne. Une seule mesure en dB est incomplète et juste bonne à établir des ordres de comparaison d'intensité sonore sans avoir la nature réelle du bruit qui nécessite un spectre fréquentiel.

Ci-dessous, figure le système pour capturer les sons produits. Il est néanmoins délicat d'enregistrer le bruit produit par certaines pompes tellement le niveau sonore est faible, car la sensibilité du micro n'est pas suffisante. Ce qui nous intéresse, c'est uniquement la différence de volume et de tonalité entre les pompes à un niveau d'enregistrement identique sans retouche logicielle. Pour avoir un aperçu du bruit sur toute la plage de débit, on pince progressivement le tuyau de refoulement jusqu'à avoir un débit nul pendant quelques secondes vers le milieu de chaque enregistrement, puis on le relâche doucement. Une différence de bruit se fera entendre sur la DDC et la D4, car leur vitesse de rotation augmente, mais rien ne se passe avec les Eheim (vitesse constante due aux 50 Hz imposés au champ statorique). Par rapport aux photos, le micro a été avancé à 15 cm des pompes pour avoir un niveau sonore un peu plus important vu le faible volume sonore délivré.

Il en ressort que les deux Eheim sont d'un silence vraiment agréable et à peine discernables tout en vibrant peu. Posées sur un petit tapis de mousse, c'est parfait dans une tour. La Laing DDC est également d'un silence étonnant et la vibration est quasi inexistante. Il est difficile de dire laquelle est la plus silencieuse, car le son produit légèrement différent ne facilite pas les choses, mais il est un peu plus étouffé avec la DDC par rapport aux Eheim qui donnent un très léger ronronnement à basse fréquence. La Dangerden D4 est quant à elle réellement audible avec un crissement ou bourdonnement assez désagréable du genre tondeuse à cheveux ou pour reprendre les termes exacts de notre contact chez Laing un "squealing sound", autrement dit un hurlement perçant qui provient comme on l'a dit au début de la façon dont le courant est injecté. A ce propos, il faut faire attention aux reviews issues de sites américains, car ils n'ont visiblement pas du tout la même notion de silence que nous et pour eux une D4 est relativement silencieuse d'après ce que nous avons pu lire ici et là...

On note également l'augmentation du niveau sonore lorsque les pompes à courant continu doivent lutter contre une perte de charge plus importante. Dans cette situation, la DDC devient légèrement plus audible à une fréquence plus élevée, mais c'est encore relativement faible contrairement à la D4 qui s'emballe dans un son encore plus strident et très agaçant sur le très court terme. En 7 V, le niveau sonore de la Dangerden D4 s'affaiblit un peu, mais le bourdonnement est toujours bien présent. De toute façon, ça ne sert pas à grand-chose puisque ses performances se sont complètement effondrées à cette tension...

Interférences électromagnétiques

Pour ceux qui ont leur pompe à proximité d'un écran CRT non blindé, une gêne au niveau de l'affichage va apparaître (les TFT y sont insensibles). A cause du champ électromagnétique variable créé par les bobinages statoriques, un scintillement et des déformations désagréables apparaissent sur l'écran, car ce champ influence la trajectoire des électrons issus du tube cathodique. Tout dépendra de l'intensité du champ créé et de la proximité de la pompe par rapport à l'écran ainsi que de l'écran évidemment.

Le petit test suivant est donc donné à titre informatif uniquement puisqu'il n'y a pas de mesures effectuées, mais juste une simple constatation. L'écran utilisé est un AOC Spectrum 7Vlr. L'image ci-dessous prise avec une Eheim 1048 (qui tourne à vide quelques secondes pour la photo, à éviter) montre une image floue, mal colorée et très vacillante, car les perturbations sont très élevées.

On remarque que les pompes en 12 V sont extrêmement peu perturbantes, ce qui est très appréciable. Il faut s'approcher à 8 cm de l'écran avec la DDC pour percevoir quelques faibles distorsions et encore mieux avec la Dangerden D4 qui ne produit qu'une perturbation infime même collée contre l'écran. Par contre, les deux Eheim en 230 V génèrent un champ électromagnétique nettement plus intense et ça se voit. La raison est simple puisque l'intensité du champ créé est directement proportionnelle à la tension qui passe dans les bobinages. A une distance de 75 cm, les perturbations se font déjà sentir. Ce désagrément empêche toute tentative de mise en place d'une tour équipée et posée à proximité d'un écran non blindé.

« Page précédente
Page suivante »

©2003-2017 Cooling-Masters.com. Tous droits réservés.