logo
 AccueilNewsDossiers & ReviewsBDDForumA propos

BDD Phase-Change
Compresseurs
Condenseurs
Evaporateurs
Réfrigérants
Systèmes frigo


Catégories de dossiers
Aircooling
Alimentations
Boîtiers
Extreme-Cooling
Hardware
Phase-Change
Watercooling

Derniers dossiers
Nanofluides, l'efficacité à la hausseSwiftech Apogee GTTagan Dual Engine 500 W8800GTX SLI & QX6700 Extreme O/C

Kit Asetek KT12A-L20 - Page 6/10

Rédigé par David D. - 13/06/2004
Catégorie : Watercooling



« Page précédente
Page suivante »

Performances de l'Antartica

Pour comparer, on va prendre le ventirad Intel Box fourni avec le P4 et mes 2 protos à mini-canaux en 0.5 mm déjà testés précédemment avec la même méthodologie :

Comme d'habitude on s'attache à l'écart entre la température CPU et l'eau pour qualifier la performance d'un waterblock. Plus cet écart sera faible mieux ce sera évidemment. On fera la moyenne statistique des relevés obtenus sur au moins 3 montages pour tenir compte de la variance au montage. Elles sont de l'ordre de +/- 0.3 °C environ. N'ayant pas de débitmètre à disposition, le débit dans les blocs sera différent et dépendra du circuit. Il sera d'environ 112 L/h pour l'Antartica seul et de 180 L/h pour les protos. On verra par la suite que le débit a assez peu d'influence sur l'Antartica donc ça ne changera pas beaucoup la donne. L'idéal serait évidemment de les comparer sur une large plage de débit pour avoir toutes les situations imaginables pour chacun...

On teste à 2 puissances dissipées différentes qui valent ici environ 75 W à 3.4 GHz pour 1.39 V et 125 W à 3.4 GHz pour 1.81 V. On joue sur le Vcore car la puissance augmente beaucoup plus rapidement qu'avec la fréquence. Voici les résultats et les écarts relevés entre l'eau et le CPU en Full uniquement :

A puissance modérée, les waterblocks sont quasiment équivalents car l'erreur due au montage ne permet pas une distinction nette. Il faut pour cela augmenter la puissance à dissiper pour voir apparaître, de manière plus marquée, le classement des blocs. On s'aperçoit que l'Antartica maintient un bon différentiel entre l'eau et le CPU mais il reste derrière les 2 protos qui ont un design nettement plus fin, une surface mouillée plus grande et un débit admissible supérieur à pompe équivalente. Le ventirad fourni par Intel est quant à lui complètement largué et la température du processeur très élevée : pour un air à 30 °C dans la tour à l'aspiration du ventilateur le core sera à 71 °C à haute puissance. Attention pour les waterblocks, il faudra encore ajouter l'écart eau/air qui dépendra de votre radiateur pour avoir l'écart total :

Ecart CPU/air = Ecart CPU/eau + Ecart eau/air

Les températures relevées au core par l'Epox sont assez proches de la réalité en comparaison d'autres cartes mères. Pour le vérifier on utilise une thermistance CTN pour trouver la plus haute température possible sur le milieu de la tranche de l'IHS en plaquant le plus possible la partie semi-conductrice préalablement découpée. Cela nous donne une température minimale que le core ne pourra atteindre car il ne peut en aucun cas être plus froid que l'un des endroits les plus froids du processeur. Le core sera donc toujours plus chaud que le relevé de la CTN. L'extrémité de la thermistance sera plaquée sur la tranche de l'IHS de cette manière :

Les tests réalisés par le site Overclockers sur un IHS de P4 en vraie situation permettent d'affirmer qu'il existe un décalage supplémentaire de 3 à 7 °C entre le core et la tranche de l'IHS suivant la puissance et le modèle. Si l'on relève par exemple 45 °C sur la tranche en Full et que la carte mère vous annonce un 40 °C vous savez déjà qu'elle raconte vraiment n'importe quoi ! On fait donc 2 relevés de températures absolues pour comparer ce que dit la carte mère et ce que donne réellement la CTN plaquée sur la tranche :

On retrouve environ 5 °C d'écart donc on peut prétendre que les températures du core sont assez proches de la réalité et de toute façon supérieures aux relevés de la CTN. Dommage pour ceux qui annoncent des températures très basses sans savoir ce qu'ils mesurent mais un processeur récent ça chauffe ! Ces écarts sont de toute façon donnés à titre indicatif pour un P4 uniquement car il faudrait l'instrumenter plus lourdement pour avoir des valeurs plus contrôlées. Il ne faut pas oublier que l'IHS restera toujours un obstacle à une bonne transmission de la puissance et que l'enlever améliorera les températures. Les processeurs sans IHS réagiront différemment et auront assurément un écart CPU/eau plus faible à puissance dissipée équivalente.

On peut reprendre les données de Phaestus sur Procooling pour montrer à quel point retirer 10 °C à l'aveuglette sur une température BIOS ne signifie rien du tout. Avec un core de Tbred (sans IHS) dont la sonde interne a été calibrée correctement et connu pour dissiper environ 73 W réels (2275 MHz à 1.85 V), on obtient avec les meilleurs waterblocks des écarts CPU/eau de plus de 10 °C. Cela fait une résistance thermique de bloc (+ pâte thermique) d'environ 10/73 = 0.136 °C/W et c'est un minimum ! Pour 100 W réels on aurait donc un écart CPU/eau de 13.6 °C et à 120 W un écart de 16.3 °C. Sachant que ces puissances sont facilement atteignables avec des Vcore de l'ordre de 1.85 V à plus de 2 V sur les Athlon XP, vous aurez au mieux un écart entre l'air et le CPU de 20 °C en Full en ayant un excellent radiateur ventilé si vous avez un peu poussé votre processeur ! Affirmer des écarts CPU/air de 10 °C en Full par exemple ne rime donc à rien sauf si vous avez un petit processeur évidemment.

Au niveau overclocking, l'Antartica permet de tourner à 3.75 GHz sans soucis comme avec les protos. Au delà ça plante lors du Full car ça chauffe vraiment beaucoup et seul un système à changement de phase permet d'aller à 4.2 GHz sans problèmes...

« Page précédente
Page suivante »

©2003-2017 Cooling-Masters.com. Tous droits réservés.